L'Intelligence émotionnelle avec Stéphanie Milot

Description : En appui à la création de milieux de travail sains et respectueux, une priorité gouvernementale, cette courte capsule vidéo permet aux fonctionnaires de mieux comprendre ce qu'est l'intelligence émotionnelle, de découvrir des façons de développer la leur et de reconnaître les avantages de le faire, ce qui mène ainsi à un mieux-être personnel et organisationnel.

Date : Le 17 avril 2020

Durée : 00:05:34

Résolution : 1080p


Transcription

Je suis Stéphanie Milot. Je suis conférencière, auteure et fondatrice de plusieurs programmes sur le développement personnel. Ma mission est vraiment d'aider les gens à améliorer leur vie dont, entre autres, leur intelligence émotionnelle.

L'intelligence émotionnelle, contrairement à ce qu'on pense, ce n'est pas quelque chose qu'on peut vraiment mesurer. C'est plutôt ce qu'on appelle l'intelligence du cœur. Alors, il faut savoir que, comme être humain, on vit des émotions. Alors, la capacité à gérer nos émotions, à reconnaître aussi que j'ai des émotions, alors ça, ça fait partie de l'intelligence émotionnelle. Mais il y a tout l'autre côté, parce que veut, veut pas, comme être humain, que ce soit en milieu de travail, dans notre vie personnelle, on a aussi à gérer avec d'autres humains qui, eux autres aussi, ont des émotions. Donc, c'est cette capacité aussi à gérer nos relations. Ça veut dire quoi, gérer nos relations? Être capable de prévenir les conflits, être capable de résoudre des conflits, faire preuve d'empathie, être capable aussi de s'automotiver; donc là, évidemment, on passe de la gestion de soi à la gestion de nos relations. Donc, c'est ça, l'intelligence émotionnelle.

Donc, les avantages d'apprendre, justement, à développer notre intelligence émotionnelle – puis là, on parle dans un contexte professionnel, mais on peut prendre tout ça et l'appliquer aussi dans notre vie personnelle –, c'est que premièrement, un, on arrive à mieux se gérer. Donc, on le sait, prenons des exemples en milieu de travail; souvent, on va vivre du stress, on va vivre de l'anxiété, on peut vivre de l'impatience, de l'irritation. Donc, de développer notre intelligence émotionnelle nous aide à avoir un meilleur contrôle de soi-même, mais aussi à mieux gérer nos relations. L'intelligence émotionnelle, c'est ça qui fait qu'on réussit. Souvent, quand on réussit dans nos relations, les gens qui réussissent dans leur vie de couple, qui réussissent au travail, qui ont des belles relations, qui arrivent à bien gérer leurs émotions, c'est des gens qui ont développé leur intelligence émotionnelle. Et ça a été prouvé que, souvent, des gestionnaires de haut niveau, que ce soit au gouvernement ou ailleurs, ce sont des gens qui n'ont pas nécessairement un quotient intellectuel plus élevé que la moyenne, mais qui ont définitivement une intelligence émotionnelle vraiment plus élevée; tout simplement parce qu'ils l'ont développée, ils l'ont appris. 

Et la bonne nouvelle : l'intelligence émotionnelle se travaille. À partir du moment où je me connais, et c'est vraiment l'étape numéro un de dire, j'apprends à me connaître, j'apprends à vraiment être objectif et à dire : « Ok, oui, j'ai des forces, mais en même temps, j'ai peut-être des trucs à travailler »; puis c'est correct, c'est le lot de tout le monde. Bien là, à ce moment-là, je vais dire : « Ok, moi je veux apprendre à dire non, ou je veux être capable de mieux communiquer ». Je peux aller me chercher des livres. Aujourd'hui, sur internet, il y a plein d'outils gratuits; c'est facile. Donc, je vais chercher l'information, et ensuite, j'applique.

Dans les livres que moi j'ai écrits, souvent, on va lire, mais après ça je dis aux gens : « Bon, bien, regarde, fais tel exercice, au quotidien, la prochaine fois que tu vas vivre du stress, ou que tu vas avoir tendance à exagérer une situation, utilise mon échelle de la catastrophe. » Donc, pose-toi la question : sur une échelle de 0 à 10, là, j'ai un travail à remettre, puis je pense que je ne serai pas correct pour mon deadline, bien est-ce un 10 sur 10? Non, non! Je n'ai pas un cancer généralisé, là, je suis juste en train de me dire que peut-être ça va être serré un petit peu. J'apprends à relativiser, j'apprends à remettre en perspective. Et veut, veut pas, quand j'arrive à gérer l'intensité de mes émotions, déjà, par la suite, c'est beaucoup plus facile, parce que je suis plus productif, j'arrive à voir plus clair, j'arrive à prendre les bonnes décisions.

Plus toi tu arrives à bien gérer tes relations et tes propres émotions, plus, oui, tu vas avoir un impact sur les autres, parce que je pense qu'on est des agents de changement dans nos organisations. Donc, veut, veut pas, si je rentre le matin, je suis de bonne humeur, j'ai une belle énergie, c'est sûr que je contamine positivement les gens avec qui je travaille; et l'inverse est aussi vrai : si je suis toujours négatif, si je suis toujours en train de voir le verre à moitié vide, bien, je contamine mon équipe.

Les gens qui ont appris à, justement, dire merci, être reconnaissants envers leurs collègues, leurs amis, les gens de leur famille, leur patron et vice-versa, ça fait partie de l'intelligence émotionnelle. Un bon gestionnaire, souvent, va être capable de réaliser que s'il y a 15 employés différents, les 15 ont un mode de fonctionnement différent et une façon aussi d'être motivés qui est différente. Donc, la reconnaissance, être capable de faire preuve de reconnaissance, c'est très important pour un gestionnaire, mais j'ai envie de dire que c'est important pour tout le monde. Tout le monde dans une organisation devrait être capable de reconnaître l'autre. La reconnaissance qui vient de gens de même niveau, elle est aussi puissante et aussi, elle fait autant plaisir que lorsqu'elle vient du supérieur.

Souvent, en milieu de travail, il y a des gens, des fois, avec lesquels on est obligé de collaborer, de travailler, avec lesquels c'est moins facile. Donc, évidemment, c'est de se poser la question : « Moi, dans cette relation-là, qu'est-ce que je peux améliorer? Qu'est-ce que je peux changer? Comment est-ce que je peux aborder cette personne-là pour que ça se passe le mieux possible? En gardant toujours en tête que j'ai aussi un bout sur lequel je dois lâcher prise et c'est la réaction de l'autre, parce que je n'ai pas de pouvoir sur le comportement et les réactions des autres. Le seul pouvoir que j'ai, c'est sur moi. » Donc, travaille sur toi, développe des stratégies peut-être pour mieux communiquer avec cette personne-là, apprends peut-être à travailler avec des personnalités difficiles, il y en a dans nos organisations. Et c'est ça de l'intelligence émotionnelle, c'est d'être capable de dire : « Ok, lui ou elle, c'est moins facile quand je l'aborde de cette façon-là. De quelle façon je pourrais l'aborder différemment pour que ça aille mieux? » On peut apprendre à gérer nos émotions, on peut apprendre à gérer nos relations, et c'est ça la bonne nouvelle!


En vedette

COVID19

Renseignements à l'intention des employés du gouvernement du Canada : maladie à coronavirus (COVID‑19)

Mise à jour à l'intention des employés sur COVID‑19, télétravail, avis, messages et ressources à partager.

Cybersécurité

Mois de la sensibilisation à la cybersécuritéNouveau

Cette année, le MSC est aussi le temps pour apprécier les appareils électroniques. En octobre, le meilleur ami de l'homme ne sera pas le chien, mais les appareils intelligents.

Ce site web est continuellement mis à jour en fonction de vos commentaires.

Dites-nous ce que vous en pensez.
Sur quelle plateforme porte votre commentaire :
Veuillez entrer votre courriel si vous souhaitez une réponse :
Date de modification :